Coupe de France 2012

6 Novembre 2011
dimanche 6 novembre 2011
par Yanis
popularité : 1%

Premier tour de coupe de France pour Colomiers qui devait rencontrer Castel chez eux le 6 Novembre

On avait bien sûr en tête le précédent Castel - Colomiers (2 -2) joué en Coupe de France en 2009. Castel avait gagné car ils s’étaient imposés au premier échiquier.







En effet, je précise que le règlement de la coupe de France est assez particulier : voici les 4 points essentiels à savoir pour briller dans les conversations échiquéennes :

  • il n’y a pas de règles des 103 points, ce qui veut dire que le capitaine est libre d’aligner ses joueurs dans n’importe quel ordre
  • en cas d’égalité de points, c’est l’équipe qui a gagné sur l’échiquier le plus haut qui a gagné le match
  • en cas de 0 - 0, c’est l’équipe qui a la plus petite moyenne elo qui remporte le match
  • en cas d’égalité de moyenne elo, c’est l’équipe la plus jeune qui remporte le match (à noter que si ce point vous paraît contestable, c’est signe que vous prenez de l’âge)

Bref, le règlement de la coupe de France est fait pour faire couler le sang, ce qui nous convenait parfaitement vu qu’on avait soif de revanche.

La composition de l’équipe était la suivante : (en photo s’il vous plaît)

Les plus observateurs remarqueront que les 2 buteurs de 2009 étaient présents, ce qui en fait est une pure coïncidence que je viens de réaliser, mais qui sera sans doute interprété plus tard comme un judicieux choix stratégique de la part du capitaine.

Pour casser d’emblée le suspense - qui est déjà insoutenable après seulement quelques secondes de lecture - je donne sans transition le résultat :

Moissac-Castelsarrasin 2 - 2 Colomiers
RAMAHEF Eric 2042 0 - 1 OUERK Yanis 2133
ROQUES Olivier 1907 1 - 0 DELAY Guillaume 2023
GREZELS Florian 1867 0 - 1 SERRA Yannick 1849
RIVIERE Frederic 1788 1 - 0 BLESING Alicia 1679

Pour ceux qui n’ont pas suivi - ou qui ne lisent pas le début des articles - on a gagné au départage du fait de la victoire au premier échiquier.

Voilà d’ailleurs qui nous rappelle bien des choses ...

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, je continue avec le compte-rendu plus ou moins détaillé :

  • H-1h : On prend le temps de prendre une photo (Merci François), comme ça le capitaine aura de quoi illustrer son compte-rendu. A ceux qui se demandent pourquoi on avait un photographe sur les lieux, disons qu’il s’agit d’une histoire compliquée impliquant des clefs, une serrure, un manteau, l’hippocampe droit, un cake et qui ne me présente pas sous mon meilleur jour, alors je ne la raconterai pas.

  • On the road : Avec une perspicacité que tout le monde nous enviera probablement, nous parvenons à deviner la composition de l’équipe adverse . (Enfin, pour être plus précis, disons qu’elle figurait dans le top 10 des propositions).
    Fort de cet acquis, nous mettons en place une stratégie de match quasi-imparable, que pour des raisons évidentes je ne dévoilerai pas ici.

  • A l’arrivée : A la suite d’une bête erreur de couleurs d’échiquiers, notre stratégie quasi-imparable tombe à l’eau, justifiant de fait l’emploi du préfixe "quasi-"
    Mais peu importe : l’effet de surprise était de notre côté, car nos adversaires n’avaient pas prévu que nous inverserions les couleurs !
    Bref, nous partions déjà avec un avantage incontestable ...

  • Première heure de jeu : mon adversaire me joue un gambit de Budapest, je me décide pour une sous-variante et j’oublie ce que je suis sensé jouer. Au 10e coup, je me fais pseudo-tactifier, mais ma position est encore stratégiquement viable, ce qui me permet de parler de compensations raisonnables pour le pion perdu (qui d’ailleurs deviendront à l’analyse des compensations tout-court). Je choisis une ligne donnant de bonnes chances pratiques, mon adversaire rate un coup et soudain j’ai une attaque gagnante.
    Au troisième échiquier, Florian est un peu trop optimiste contre Yannick et perd ses pièces les unes après les autres, ce qui permet à Colomiers de marquer son premier point
    Guillaume au deuxième défend un hérisson contre Olivier.
    Enfin, Alicia ne s’est pas trop mal sortie de l’ouverture contre Fredo.

  • Après 1h30-2h de jeu : Colomiers mène 2-0 et le match est donc déjà gagné, mais là où l’Histoire s’arrête, l’histoire, elle, continue (je sais j’ai dû être poète dans une autre vie)

  • La fin : Olivier pousse ses pions à l’aile roi et semble obtenir l’avantage. Je reviens quelques temps après et je trouve que Guillaume s’en est très bien sorti, et a une position prometteuse avec les cases noires et l’initiative à l’aile dame, au prix d’un fou piégé et d’un cavalier adverse bien implanté en d5. Mais avec le zeitnot approchant, il rate une tactique puis une autre et Castel gagne son premier point.

  • Au quatrième échiquier, Alicia fait une erreur et perd un pion. Elle parvient quand même à pourrir un peu la structure de pions adverse, ce qui lui laisse quelques contre-chances. La suite est à vérifier à l’analyse bien sûr mais il me semble que Fredo n’est pas archi-précis et du coup Alicia a l’occasion de transposer dans des finales avec de bonnes chances pratiques de sauver la nulle. Finalement Alicia perd un deuxième pion et doit bientôt s’incliner.

  • Conclusion : un score serré au final mais qui ne reflète pas la réalité du match. Ce premier gain en Coupe de France, avec un arrière goût de revanche qui n’est pas déplaisant, laisse augurer de bonnes perspectives pour la suite.
    Et bien sûr : bonne chance en coupe MPY à nos amis de Castel (amis hors échiquier seulement cela va de soi)

3 votes

Commentaires

navigation titre

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

>>

<<

Decembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir d'ici la fin du mois